4 questions à Maxime DOLET, passionné de course et dessinateur industriel chez Ferchaud Ingénierie

Ferchaud Ingénierie : Maxime, peux-tu nous parler de ta passion pour la voile ?

Maxime : « J’ai commencé la voile au lycée après avoir lu le livre “Du vent dans les rêves” d’Ellen MacArthur, navigatrice du Vent des Globes. Cela m’a donné envie de réaliser mes rêves et de faire de la course au large en solitaire. En 2007, j’ai participé au Tour de France à la voile dans les espoirs Aquitains puis j‘ai intégré le pôle course au large (Mini 6.50) de Lorient.  L’événement « The Bridge » a été l’occasion pour moi de recroiser Jean-Luc Van Den Heede (recordman du tour du monde de la voile à l’envers depuis 2004) et Yves Le Blevec (Trimaran Actual) avec qui j’ai pu naviguer à plusieurs reprises. » 

Ferchaud Ingénierie :  Tu étais au départ de “The Bridge”, une course entre un paquebot et quatre multicoques classe Ultime qui relie Saint-Nazaire à New York , qu’en as-tu pensé ?

Maxime : « The Bridge est un événement novateur mettant en compétition le Queen Mary 2 et quatre des plus gros multicoques au monde. Cette course donne aussi une très belle image de Saint-Nazaire marqué notamment par le survol du paquebot par un airbus A380 ! C’est amusant je trouve ! Cela prouve que Saint-Nazaire a un vrai potentiel d’innovation et qu’il reste encore de beaux projets à réaliser. »

 

Je suis dessinateur-projeteur chez Ferchaud Ingénierie et je trouve cela très motivant de travailler dans une jeune Star-Up innovante !

 

 

Ferchaud Ingénierie : Emirates New Zealand vient de gagner la 35ème édition de la Coupe America, quel est ton lien avec cette course prestigieuse ?

Maxime : « Je suis parti à Auckland en Nouvelle-Zélande en 2015 et j’ai travaillé pour le chantier naval Cookson Boats, leader dans la conception et réalisation en matériaux composites high-techMa mission était de travailler sur les bras de liaison (structure reliant les coques et le mât) et le bout de dehors du catamaran Emirates Nouvelle Zélande. Un projet classé secret afin que les concurrents ne soient pas au courant de ce que l’on faisait ! »

 

Ferchaud Ingénierie : Pourquoi travailler chez Ferchaud Ingénierie ?

Maxime : « Dessinateur-projeteur chez Ferchaud Ingénierie en assistance technique, c’est parfaire mes connaissances en tuyauterie industrielle et enrichir mes compétences d’architecte naval. Travailler au sein d’une start-up tournée vers l’innovation est motivant. Cela me permet d’avoir une vision du bureau d’études de demain. Le métier de dessinateur industriel est en pleine évolution avec l’apparition des maquettes en réalité virtuelle, c’est très stimulant d’être acteur de ce changement. »

 

Propos recueillis par Céline Michelant.